Le château du Penhoat.

A 1 km de Penzé vous découvrirez les vestiges du château du Penhoat. C’est un endroit magnifique de par son histoire mais aussi pour la beauté du site où vous pourrez vous promener. Si vous souhaitez une visite guidée, Guy Travel se fera un plaisir de vous conter l’histoire du château.

Le château du Penhoat.Pour vous imprégner davantage du site :  http://trainjoel.canalblog.com/archives/balade_a_taule__le_chateau_du_penhoat/index.html

Les vestiges d’un château (XIII-XVème siècle) à Penhoat (ou Penhoët). Le château est édifié au XIIIème siècle par Guillaume, sire de Penhoat (ou Penhoët), au retour de la croisade de 1248 et démoli en 1590 pendant la Ligue. Guillaume de Penhoat le Boiteux est capitaine de Rennes en 1356. Jean de Penhoat, son fils, est amiral de Bretagne en 1401 et capitaine de Morlaix. La famille de Penhoat s’est ensuite fondue en 1475 dans la famille Rohan-Gié, d’où la baronnie a passé par acquêt à la famille Rosmadec, vicomte de Rumain et à la famille de Kerouartz. Suite à sa destruction en 1590, ses propriétaires, les Kerc’hoent de Coatanfao, le vicomte de Kerouartz, ne le reconstruisirent point, bien qu’ils en aient jusqu’à la Révolution exercé la seigneurie.

Les ruines du château de Penhoat se composent de deux parties distinctes, que sépare une douve profonde :

Tour du château du Penhoat.

– le château proprement dit, bâti sur une énorme butte factice et dont il subsiste des débris imposants,

Vue de l'intérieur de la tour.

– l’ouvrage avancé au Sud, vaste quadrilatère rasé presque au niveau du sol intérieur. Le château avait une forme presque triangulaire, avec une tour à chaque angle. Celle du Sud-Ouest mesurait encore à la fin du XIXème siècle plus de 20 mètres de hauteur au-dessus des douves, où elle plongeait profondément. Elle était surmontée d’une tourelle ou châtelet et avait quatre étages, éclairés par de grandes fenêtres à plein cintre, aux vastes embrasures. Ronde à l’extérieur, elle était hexagonale intérieurement. On y voyait encore à la fin du XIXème siècle le foyer d’une cheminée, avec ses piliers moulurés. Ses murailles ont deux mètres de largeur. Cette tour n’avait pas de galerie à machicoulis. Une courtine joignait cette tour à celle du Sud, qui paraît avoir été aussi grande. De cette courtine, il ne subsiste qu’un pan de mur en moellons.

Autre tour du château du Penhoat.

La tour du Sud est ronde extérieurement et à pans coupés à l’intérieur comme l’autre. Un mur droit allait joindre cette tour à une tourelle formant l’angle Ouest de la place, puis, couronnant une pente excessivement déclive, au bas de laquelle passe un bras de la Penzé, allait se relier à la tour du Sud. L’ouvrage avancé du Sud fut établi pour protéger le château de ce côté où le sol, en s’élevant, commandait ses remparts. C’est un quadrilatère mesurant environ 35 mètres de long sur 25 de large. Ses angles sont droits et sans tourelles. Les murailles, peu élevées, ont cependant par places 4, 5 et 6 mètres au-dessus des douves qui les bordent. Le centre de cette enceinte paraît avoir été vide, par contre, il y a des vestiges de constructions adossées aux remparts sur tout leur pourtour intérieur. C’étaient sans doute les demeures des serviteurs.

Advertisements
Cet article, publié dans La région., Patrimoine, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s